Les principes de l’ostéopathie

principesL’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur une connaissance approfondie de l’anatomie et de la physiologie. Elle a pour but de rétablir dans le corps des rapports articulaires normaux entre les structures anatomiques (os, tendons, ligaments, nerfs, viscères, muscles, fasciae (enveloppe des muscles et viscères), etc).

Tout contact entre deux tissus est pour l’ostéopathe une articulation !

Elle s’appuie sur cinq principes :

– l’unité et la globalité du corps humain

– l’existence et l’importance des mécanismes d’autoguérison du corps

– l’interdépendance entre structure et fonction

– la suprématie du rôle de l’artère

– l’importance du système neuro-musculo-squelettique.

L’ostéopathie traite certains états aigus ou chroniques du système neuro-musculo-squelettique. Mais aussi des états de l’individu situés entre le normal et le pathologique, qualifiés d’états « subnormaux ». En cela elle rejoint les conceptions de la médecine dite fonctionnelle et de la médecine de terrain de Claude Bernard. C’est pour cette raison qu’on dit que l’ostéopathie est une médecine préventive.

 

 Les 5 principes de l’ostéopathie :

a) Unité et la globalité du corps humain

Still, le fondateur de l’ostéopathie, considère l’individu dans sa totalité. Pour lui une partie du corps atteinte signifie un déséquilibre de l’harmonie du corps entier. Le traitement doit donc s’appliquer à retrouver non seulement la fonction de la partie atteinte mais aussi la balance du corps entier. L’homme étant un tout, mais aussi un élément du tout, Still tient compte dans son diagnostic et dans son traitement de l’environnement de son patient, notamment ses conditions de vie et d’hygiène.

b) Existence et l’importance des mécanismes d’autoguérison du corps

Pour Still, la tendance naturelle du corps est le retour à l’équilibre. Le corps doit avoir en lui les moyens de retrouver cet équilibre, soutenu par un environnement et une nourriture adaptée. Si la tendance du corps est à l’ équilibre, pourquoi tombe-t-on malade? Pourquoi à un moment donné, le corps ne réagit-il pas au déséquilibre?

Qu’est devenu son système de défense? Le traitement ne doit-il pas plutôt que d’attaquer directement le mal en cause, réactiver les fonctions de défense de l’organisme?  On constate déjà que Still pressentait le rôle de l’immunité bien avant qu’il ait été démontré.

c) Interdépendance entre structure et fonction

« La structure gouverne la fonction. »    Still

Mais il a rajouté qu’elles étaient interdépendantes. Un défaut de l’une retentit sur l’autre. Qu’entend-il par structure?

Le terme de structure s’applique aux os, aux muscles, aux ligaments, aux tendons, aux tissus de soutien, aux organes et aux cellules même. Tout élément vivant du corps ayant une forme donc une une charpente est une structure. Le rôle de la structure correspond à sa fonction que l’on explique notamment par la physiologie. La structure de la cellule musculaire striée par exemple est en rapport avec sa fonction qui est essentiellement le mouvement.

En effet, c’est une cellule longue et effilée (la cellule musculaire du muscle couturier par exemple pouvant aller de l’os iliaque jusqu’au tibia). Elle comporte plusieurs noyaux et des structures qui lui sont très spécifiques, les myofibrilles. Ces myofibrilles jouent un rôle dans la contraction de la cellule musculaire striée et par là même dans sa fonction principale qui est le mouvement. La cellule musculaire striée intervient aussi dans la production de chaleur. En effet, lors de sa contraction elle transforme son énergie potentielle chimique en travail mécanique produisant ainsi beaucoup de chaleur.

Vu le grand nombre de cellules musculaires striées dans le corps, elles produisent donc la majeure partie de la chaleur du corps et interviennent dans le maintien de l’homéostasie de la température du corps. On pourrait de la même manière citer d’autres structures du corps en rapport avec leur fonction.

c) Suprématie du rôle de l’artère

« La règle de l’artère est suprême. »  Still

Still pensait que le sang était capable de générer des substances nécessaires à maintenir l’immunité naturelle contre la maladie. Rappelons encore une fois pour souligner son mérite, qu’à cette époque bien peu de choses étaient connues sur l’immunité et les fonctions physiologiques du sang.

Le système circulatoire (sang et lymphe) se distribuant dans tous les territoires du corps humain, de même que le système nerveux, l’intégrité de ces systèmes est pour Still une condition indispensable à la bonne santé.

e) L’importance du système locomoteur ou système neuro-musculo-squelettique

Pourquoi cette structure est-elle si importante pour la santé du corps? Ce système est plus qu’une charpente, il permet le mouvement, donc la vie. Il est aussi le système de notre corps le plus étendu en superficie. Sa moindre dysfonction peut avoir un effet sur la physiologie du corps entier.

Les muscles striés sont les plus gros consommateurs d’énergie et les plus gros producteurs de déchets. La vie, n’est pas uniquement liée à la fonction de nos organes. Nous ne pourrions vivre uniquement en digérant, sécrétant, respirant, etc…

Nous courons, nous marchons, nous mangeons, nous écrivons, nous construisons, etc… tout ce que nous faisons est exprimé par notre système neuro-musculo- squelettique.

En 1959, le professeur B.D. Wyke, neurologue anglais, disait: « C’est par le mouvement que l’homme a établi une vie sociale. Ses muscles sont l’instrument par lequel il communique ses pensées et ses sentiments à son prochain ». Et il rajoutait: « C’est par le système neuro-musculo-squelettique que le cerveau exprime son activité et sa personnalité. Le cerveau utilise les muscles striés comme des outils équipés de millions de récepteurs pour appréhender et explorer le monde extérieur ».

Pour cette raison, le grand physiologiste américain, le professeur Irvin Korr, considère le squelette, les muscles qui le bougent et les nerfs qui le contrôlent comme: « the primary machinery of life » (Korr, 1970)

Primary doit être pris dans ce contexte, au sens de fondamental. Il appelle les autres systèmes: « the secondary machinery of life », parce-que leur rôle est essentiellement de nourrir et de servir le système neuro-musculo-squelettique nous permettant ainsi de nous adapter à notre environnement et de vivre normalement.

Au total, l’ostéopathie est un système diagnostique et thérapeutique basé sur la qualité du mouvement dans le corps, Le traitement est exclusivement manuel, considérant l’individu dans sa globalité intégré dans son environnement.

Vous voulez en savoir plus sur les principes de l’ostéopathie ? Cliquez ici !